Les Collections

Controverses

MIGRATIONS, IDÉES REÇUES ET PROPOSITIONS

par le Mouvement Utopia, préface de François Gemenne, illustrations de Loïc Faujour

Collection «Controverses» Format 11X16 cm, 192 pages, 4 Euros,version numérique: 2,99 Euros. ISBN 978-2-919160-34-1 

Les migrations sont à la fois une réalité et un fantasme, avec un formidable décalage entre les deux. Elles font l’objet d’enjeux politiques plus que sociaux ou économiques et sont devenues un axe de marketing électoral.

Mais c’est une vraie question, qui va encore prendre de l’ampleur avec les suites du dérèglement climatique. D’où l’importance de l’aborder sérieusement, sans arrières pensées politiciennes ni démagogie.

En s’ appuyant sur des travaux d’experts, sur des études et des rapports d’institutions internationales et d’associations, ce livre a pour objet de déconstruire les principales idées reçues sur les migrations mais aussi d’avancer des propositions pour permettre d’avoir une politique capable de répondre aux enjeux et aux défis.

Comment se résigner à ce que la Méditerranée devienne un cimetière? Notre politique migratoire, à la fois inhumaine et indigne, est aussi comme nous le démontrons dans ce livre, inefficace et coûteuse, socialement comme économiquement.

Son impasse est totale et après des décennies d’intoxication idéologique, c’est à un véritable renversement de perspective que cet ouvrage nous invite. Car les migrations peuvent aussi être une richesse, sociale, culturelle et économique, comme son histoire en France l’atteste.

 Le Mouvement Utopia

Trait d’union entre le mouvement social, le monde politique et le monde intellectuel, le Mouvement Utopia est une coopérative d’éducation populaire qui vise à élaborer un projet de société solidaire et convivial, écologiquement soutenable, dont l’objectif est le Buen Vivir.

Après les Sans papiers, le Nucléaire, le Travail, l’Alimentation, les Communs et la Démocratie, le Mouvement Utopia a consacré un temps important de sa réflexion collective aux Migrations.

Lire un extrait du texte

DÉMOCRATIE? IDÉES REÇUES ET PROPOSITIONS 

PAR LE MOUVEMENT UTOPIA

Préface de Bastien François- Illustrations de GABS

Format 11 x 16 cm- 160 pages- 4 euros- version numérique 2,99 euros

Sommes nous vraiment en démocratie? Formellement, pour la plupart
des pays économiquement développés dont la France, on peut répondre
oui. Liberté d’association et d’information, votations…sont inscrites
dans notre constitution et les séquences électorales rythment notre vie
politique. Mais qu’en est-il de la démocratie réelle, vivante, participative,
de ce fameux pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple ?

L’objet de ce livre est d’analyser l’état actuel de notre démocratie en
France et de proposer des solutions pour construire un nouvel âge démocratique.
Jamais la crise démocratique n’a été plus forte qu’en ce début de XXIe
siècle. Avec les questions sociales et écologiques, elle menace notre
capacité de vivre ensemble et fracture nos sociétés. Pour beaucoup le
vote n’est plus reconnu comme un moyen d’expression de la vie politique,
au mieux c’est un moyen pour nous préserver du pire. L’abstention
dépasse souvent les 50%, mettant en cause la légitimité des élus.
Il en va de nos institutions, dont un grand nombre sont aujourd’hui
obsolètes et impuissantes devant le néolibéralisme et la montée
des pouvoirs oligarchiques, mais pas uniquement. Contrer la toute
puissance des pouvoirs économiques, soutenir l’indépendance, la pluralité
et la transparence des médias, la formation à la citoyenneté, la séparation
des pouvoirs, l’existence de contre pouvoirs, le rôle des corps
intermédiaires et des organismes de contrôle, sont également au coeur
d’un vrai projet de démocratie réelle.
A la fois outil et objectif, la démocratie est au centre des mouvements
d’émancipation individuelle et collective des citoyens. Cet ouvrage propose de passer d’une compétition pour conquérir et confisquer le pouvoir à une coopération pour le bien commun, afin de construire les prémices de ce nouvel âge démocratique.

L’auteur : Trait d’union entre le mouvement social, le monde politique et le monde intellectuel, le Mouvement Utopia est une coopérative d’éducation populaire qui vise à élaborer un projet de société solidaire et convivial, écologiquement soutenable, dont l’objectif est le Buen Vivir. Après les migrations, l’énergie, le travail, l’alimentation et les Communs, le Mouvement Utopia a consacré un temps important de sa réflexion collective à la démocratie. Le résultat est synthétisé dans cet ouvrage.

Lire un extrait du texte

Propriété et communs

IDÉES REÇUES ET PROPOSITIONS 

PAR LE MOUVEMENT UTOPIA, préface de Benjamin Coriat 

Format 11x16cm, 112 pages, 4 euros. En version numérique: 2,99 euros

Par le Mouvement Utopia

Préface de Benjamin Coriat

Entre le privé et le public, nous assistons un peu partout dans le monde à une renaissance des communs. En réalité ils n’ont jamais disparu et on estime que près de deux milliards de personnes appliquent le principe de communs­ pour des biens et services de leur vie quotidienne. Le concept de commun, qui demande la coexistence d’une ressource définie, d’une communauté déterminée et d’un mode de gouvernance collectif, renvoie à la prise de conscience des limites d’une régulation par le marché ou par le public.

Cette renaissance des communs a été dynamisée par l’apparition des communs informationnels (logiciels libres, Wikipédia, licences Creative Commons...) luttant contre les abus de la propriété intellectuelle, mais aussi grâce à la prise de conscience des dangers de la privatisation du monde et du vivant par les transnationales ou les plus riches, générant conflits, inégalités et destructions écologiques. Elle a aussi été dynamisée par les échecs du tout étatique, à la gestion souvent lourde et bureaucratique.

À travers dix idées reçues, ce livre interroge les communs­ et repose la question taboue de la propriété et de l’héritage, donc des rapports de pouvoir. Car toute extension du domaine des communs entraîne la remise en cause des pouvoirs donnés aux propriétaires, qu’ils soient privés ou publics.

Dans sa partie propositions, cet ouvrage, vulgarisateur et pédagogique, prône la priorité donnée à la valeur d’usage et la mise en place ou l’extension dans nombreux domaines d’une propriété communale, associée non à des individus mais à une collectivité.

Les communs, alternative à la société du tout marché, réponse à l’offensive néolibérale, dépassement du capitalisme et de l’étatisme, révolution du xxi e  siècle ? Ce livre montre que c’est peut-être un peu tout cela.

L'AUTEUR : le Mouvement Utopia
Trait d’union entre le mouvement social, le monde politique et le monde intellectuel, le Mouvement Utopia est une coopérative politique d’éducation populaire qui vise à élaborer un projet de société solidaire et convivial, écologiquement soutenable, dont l’objectif est le Buen Vivir. Utopia défend ses convictions écologiques et altermondialistes dans une perspective de dépassement du capitalisme et de la logique productiviste.

Lire un extrait du texte

 Nucléaire: idées reçues et scénarios de sortie.

Les propos les plus contradictoires circulent sur le nucléaire : s’agit-il d’une énergie du futur ou du passé, d’une énergie comme une autre ? Les risques d’accidents majeurs, la gestion des déchets, la prolifération par le civil du
nucléaire militaire, sont ils maîtrisés ? Les peurs que cette technologie entraîne sont-elles irrationnelles ? Cette énergie est-elle incontournable dans la lutte contre le changement climatique, pour notre indépendance énergétique, pour nous permettre d’avoir une énergie abondante et bon marché ? La science apportera-t-elle un jour les solutions à l’ensemble des problèmes aujourd’hui posés par l’exploitation de cette énergie ? Notre filière nucléaire est-elle performante techniquement et économiquement ? Son fonctionnement est-il démocratique ?
Sommes nous en France si dépendants du nucléaire qu’il est impossible de s’en passer ? Toutes ces questions sont traitées dans cet ouvrage. Court et accessible à tous par son prix et son contenu, il aborde l’ensemble des problématiques que pose la « société du nucléaire ».

A travers l’analyse de douze idées reçues et de différents scénarios de sortie du nucléaire, ce livre a pour vocation de dresser un panorama simple mais précis, en s’appuyant sur les travaux de chercheurs indépendants, d’intellectuels et de politiques. Il a pour objet de favoriser les prises de décisions politiques qui ne pourront plus se faire à l’insu des citoyens.

Nucléaire: idées reçues et scénarios de sortie. Ouvrage collectif Utopia. 112 pages, prix de vente en librairie 3 €
Préface d'Albert Jacquard, illustrations de F'MURRR

Télécharger le dossier de presse.

 

Ruptures

Parution juin  2022

LA DÉCROISSANCE ET SES DÉCLINAISONS

Pour sortir des clichés et des généralités

Par la Maison commune de la décroissance

Préface de Timothée Parrique, Illustrations de Jean-Luc Coudray

Format 11x18 cm, 192 pages, 10€.

Format numérique 5,99 €.

Décroissance. Depuis que ce terme est entré dans le débat public il y a environ vingt ans, que d’idées reçues, de clichés et de malentendus. Chez les adversaires, mais aussi parfois chez les partisans de la décroissance.

L’objet de ce livre, dans sa première partie, est de les cartographier et d’y répondre.

Il convient ainsi d’assumer une définition de la décroissance au plus près de son sens ordinaire de « décrue » : il s’agit bien d’une diminution du domaine de l’économie au profit de celui de la « vie sociale », ce qui suppose de rompre avec tout un imaginaire porté par l’idéologie de la croissance.

C’est pourquoi, dans la deuxième partie, les auteurs proposent d’ouvrir seize axes de mise en pratique concrète de la décroissance, seize déclinaisons permettant de mieux appréhender ce qu’est, et ce que n’est pas, la décroissance.

C’est alors tout un monde qui s’ouvre à des imaginaires et à des perspectives enthousiasmantes, faisant sortir la décroissance du temps des généralités, et permettant du même coup aux décroissants d’espérer explorer ces perspectives avec tous ces compagnons de route qui les défrichent déjà.

Créée en 2017, la Maison commune de la décroissance a pour objet de coproduire du commun idéologique clair et solide pour le mettre à disposition de toutes et tous ceux qui rêvent d’une redirection vers des sociétés écologiques, frugales, conviviales, sereines : comment s’organiser démocratiquement pour repasser sous les plafonds de l’insoutenabilité écologique ?

Extraits décroissance et ses déclinaisons

Parution mars 2022

L'école que nous voulons

Les enseignements de vingt ans d'expériences pédagogiques alternatives

Par Jean Lesage, Hélène Lonza et Marcel Thorel

Format 11x18, 192 pages, 10 €, version numérique: 5,99€

Si l’on en croit les résultats des évaluations internationales, notre école républicaine ne tient pas ses promesses. Pire, elle accentue des écarts insupportables entre nos enfants selon leurs origines sociales. Mais les difficultés de notre école ne tiennent pas seulement à des choix pédagogiques trop éloignés des besoins naturels des enfants :elles tiennent aussi au fait que ses visées sociale et politique sont trop souvent négligées.

« Cette école qui éduque le désir de prendre part au monde et d’en prendre soin par la puissance créatrice du travail, cette école qui lie ses enseignements à la vie dans toute sa complexité, cette école qui fait faire l’expérience de la coopération, c’est celle que nous voulons. C’est celle que nous tentons de mettre en œuvre par nos choix pédagogiques. » déclarent les auteurs de ce livre.

En s’appuyant sur leur expérience d’enseignants, ils exposent leurs pratiques et dessinent le profil d’une école innovante, audacieuse et ambitieuse, permettant la réussite de tous.

- Innovante parce qu’elle prend en compte les représentations, les propositions et les créations des élèves pour construire et organiser avec eux l’acquisition des savoirs de manière coopérative.

- Audacieuse parce qu’elle prend en compte la vie des élèves, leurs expériences, leur curiosité naturelle. Elle nourrit leur motivation par un milieu éducatif propice aux recherches et aux tâtonnements indispensables à l’acquisition des savoirs.

- Ambitieuse parce qu’elle veut la réussite de tous les élèves tout en reconnaissant leur individualité.

L’expérience décrite dans cet ouvrage a montré que cette réussite de tous ne peut exister que dans un groupe où chacun est reconnu par ses pairs tout en ayant le sentiment de voir augmenter ses compétences.

Il est temps pour l’école d’effectuer sa mutation. En se basant sur des expériences malheureusement encore trop peu connues, les auteurs démontrent que cette noble institution peut être à la hauteur des nouveaux défis à relever, qu’ils soient écologique, démocratique ou socio-économique. Qu’elle peut être à la fois efficace dans ses missions et offrir toute la joie qu’elle est en capacité de procurer à ses élèves.

Lire un extrait du texte

Parution janvier 2022

Pour une conscience terriste

Nature, cultures, agricultures

Par Marc Dufumier et Laurent Gervereau

L‘agriculture est au centre de nombreuses préoccupations actuelles : santé, écologie, climat, social, éthique... mais on tremble parfois à l’idée de prononcer certains mots comme « élevage », « vegan », « pesticide », « chasse » et même « écologie ».

Nous préparons-nous à des sociétés de guerre civile entre productivistes et apôtres de la préservation ?

 

Voici un livre rédigé par deux auteurs à la compétence indiscutable qui donne des repères (notamment sur l’agroécologie et l’histoire longue de l’écologie) et dessine les pistes d’organisations locales-globales dans l’intérêt collectif et la valorisation de la diversité.

Il est plus que temps de travailler, non pas contre mais ensemble, pour s’adapter aux défis de l’époque en changeant de perspectives pour nos pensées et nos actes.

Il est plus que temps aussi de changer d’échelle en prenant en mains son univers local, sa vision directe.

Mais pas n’importe comment, pas avec les oeillères dangereuses du local - localisme: en ayant au contraire une conscience « terriste » de notre aventure environnementale commune. Nous sommes ainsi dans une période de basculement nécessaire des pensées. Sur tous les sujets.

 

Marc Dufumier est agronome, professeur honoraire à AgroParisTech, et président de la Fondation René Dumont. Il est membre du comité scientifique de la Fondation pour la Nature et l'Homme.

Laurent Gervereau est vice-président de la Fondation René Dumont et président de Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne. Il a fondé en 2005 à AgroParisTech le Musée du Vivant (premier musée international sur l’écologie) et co-préside le CIRE (Centre Interdisciplinaire de Recherches sur l’Ecologie).

Lire un extrait du texte

Novembre 2021

L'urgence de relocaliser

Pour sortir du libre échange et du nationalisme économique

PAR Aurélien Bernier

FORMAT 12X20 CM ; 224 PAGES; 12 EUROS, VERSIONS PAPIER ET NUMÉRIQUE (7,99 EUROS)

En politique comme chez les économistes, tout le monde ou presque

prétend vouloir relocaliser et réindustrialiser la France. Et nul doute que

ce débat sera central lors des échéances électorales de 2022. Pour

certains, le clivage entre souverainisme et libre-échangisme aurait

même effacé celui entre la gauche et la droite.

Mais le problème est loin d’être aussi binaire. Pour faire revenir les

entreprises et redresser l’emploi, les principales tendances politique

avancent des propositions au mieux inefficaces, au pire dangereuses.

Chez les plus libéraux, c’est la fuite en avant dans l’innovation, la compétitivité,

la dérégulation au mépris des salariés et de l’environnement.

Chez d’autres, c’est un localisme abstrait. Chez certains encore, c’est

un nationalisme rétrograde qui ne change absolument rien aux

structures économiques et sociales.

Pour combattre le libre-échange sans laisser le champ libre aux

nationalistes, les forces de transformation sociales et écologiques doivent

penser la relocalisation, la décrire, la planifier. L’enjeu est économique

mais aussi écologique et démocratique, car sans relocaliser, il

est impossible de choisir ce qu’il faut produire et de quelle manière.

Dans cet ouvrage, l’auteur livre sa vision transformatrice, décroissante

et internationaliste de la relocalisation, ainsi que ses modalités concrètes

dans cinq domaines stratégiques : les capitaux (et donc les investissements),

la santé, l’alimentation, l’énergie et l’automobile.

Aurélien Bernier est essayiste et conférencier, il collabore régulièrement

au Monde diplomatique. Dernières publications aux

Éditions Utopia : La démondialisation ou le chaos (2016), Les voleurs

d’énergie (2018) et L’’illusion localiste (2020).

 Lire un extrait du texte

Septembre 2021

L'écologie et la narration du pire

Récits et avenirs en tension

PAR Alice Canabate

FORMAT 11X18 CM ; 192 PAGES; 10 EUROS, VERSIONS PAPIER ET NUMÉRIQUE (5,99 EUROS)

Face aux catastrophes annoncées, aux risques d’effondrements et aux désarrois qu’ils suscitent, est apparu en France depuis 2015 une « bataille des récits » où s’entremêlent études scientifiques, travaux de vulgarisation, mais également communautés et collectifs affinitaires.

Les « grands récits » des XIXe etXXe siècles ayant fait faillite, il est courant d’entendre aujourd’hui que de nouveaux récits collectifs doivent émerger. Ils répondraient aux inquiétudes et redonneraient de l’espoir, leur conférant alors un potentiel quasi magique. Ce faisant, ils entraînent alors des stratégies et des politiques différentes, voire opposées.

Ce livre décode les fonctions et les puissances politiques du récit et ses enjeux, décrypte et compare les récits d’effondrements afin d’en comprendre les origines, les vertus, les crispations et les affects qu’ils brassent. Il rappelle également que la question des limites est un souci écologique essentiel et une responsabilité collective.

Alice Canabate est sociologue, rattachée au Laboratoire de changement social et politique de l’université Paris-Diderot, enseignante à Paris 1 et à l’Institut catholique de Paris. Elle est également vice-présidente de la Fondation de l’écologie politique depuis 2017 et membre du conseil d’administration de l’Institut Momentum. Elle a été directrice de la rédaction d’Entropia. Revue d’étude théorique et politique de la décroissance de 2012 à 2015.

 lire un extrait du livre

Parution août 2021

L'allocation universelle d'existence

La protection sociale du XXIe siècle

PAR Guy Valette

FORMAT 12X20 CM ; 208 PAGES; 12 EUROS, VERSIONS PAPIER ET NUMÉRIQUE (7,99 EUROS)

Comment mettre en œuvre la véritable protection sociale de demain?

Depuis une dizaine d’années, l’idée d’un revenu, d’une allocation universelle creuse son chemin et fait l’objet de débats et publications diverses, démontrant que l’intérêt pour cette question dépasse les cercles universitaires. Mais cette profusion est également révélatrice des controverses que cette proposition suscite. Récemment, en 2017 en France, un candidat à l’élection présidentielle l’a popularisée et même le Pape François s’y est dit favorable.

Ce livre représente la deuxième vague des réflexions sur cette allocation universelle. Il aborde la question du pourquoi, mais aussi du comment en le comparant avec les différentes mesures de protections sociales existantes actuellement en France.

Nul doute que l’allocation universelle fera à nouveau l’objet de polémiques lors des prochaines échéances électorales en France, d’où l’intérêt de cet ouvrage et de ses nombreuses démonstrations qui alimenteront les débats.

Guy Valette est un des membres fondateurs en 2013 du Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB). Son blog « La science du partage » en est une des expressions. Ce livre s’inscrit à la suite de ceux publiés par le MFRB et les complète: Revenu de base, un outil pour construire le XXIéme siècle et Revenu de base, comment le financer, (coordonnés par Jean Eric Hyafil), aux éditions Yves Michel en 2016; et Pour un revenu de base universel, vers une société du choix, par le MFRB (collectif) aux éditions du Détour en 2017 (réed.2019).

Lire un extrait du texte

Paru le 26 novembre 2010. Amérique Latine, Laboratoire pour un socialisme du XXI°siècle.

Serait-on aujourd’hui en train de construire en Amérique latine cet autre monde possible ? Partant d’une analyse critique et sans concession des expériences socialistes du passé, Marta Harnecker, chercheuse et militante active dans plusieurs pays de ce continent, décrypte les expériences actuelles et les tentatives innovantes pour faire de la politique d’une autre façon : celle qui devrait être au coeur du « socialisme du XXIe siècle ». En Bolivie, au Vénézuela, au Brésil ou en Équateur, des exemples illustrent comment on passe de la culture du « citoyen qui mendie » à celle du « citoyen qui réalise, contrôle, autogère» et se rend maître de son propre destin. Mouvements populaires des paysans, des indigènes ou des classes moyennes qui se battent contre la privatisation de l’eau, pour la nationalisation du gaz, contre le bureaucratisme, l’excès de centralisation…témoignent d’expériences alternatives qui renforcent notre conviction que d’autres modèles sont possibles. L’auteur ne cache pas les difficultés importantes rencontrées, internes comme externes, notamment en raison de la présence du « Grand Voisin » qui ne veut pas abandonner son
arrière-cour historique et ses bases militaires. Un ouvrage indispensable pour comprendre de l’intérieur les bouleversements qui s’opèrent actuellement en Amérique latine.

D’origine chilienne, Marta Harnecker est une figure emblématique des mouvements d’émancipation et de transformation sociale d’Amérique latine. Disciple d’Althusser lors de son séjour en France, elle fut après son retour au Chili et jusqu’au coup d’Etat militaire contre Salvador Allende la directrice du journal indépendant de l’Unité populaire Chile Hoy. Chercheuse, journaliste et sociologue, Marta Harnecker est une grande spécialiste des mouvements révolutionnaires latino-américains. Actuellement conseillère politique du gouvernement du Venezuela, elle a publié plus de soixante livres, dont "Les concepts de base du matérialisme historique", qui fut longtemps un bestseller en Amérique latine.

Amérique Latine, Laboratoire pour un socialisme du XXI°siècle. Marta Harnecker. 148 pages, 8 euros.

Télécharger le dossier de presse.

Réinventer la politique avec...

... Hannah Arendt.

Parution  2010.

Et si on réinventait la politique du XXIe siècle « avec » l’aide d’Hannah Arendt ? La condition humaine se limite-t-elle aux chaines, de moins en moins dorées, du travail et de la consommation ? Quelles forces sans contrôle ont déchaîné l’action de l’homme sur la nature ? Savons nous encore distinguer les domaines privé et public ? Comment développer – ou retrouver– notre capacité à «rénover et remettre en place le monde»? Existe-t-il encore aujourd’hui des risques de totalitarisme ? Où se situent-ils ? Comment s’appuyer
sur la distinction faite par Hannah Arendt entre le travail (nécessité), l’oeuvre (utilité) et l’action (pluralité) pour nous aiderà développer notre capacité à penser et juger par nous-mêmes ?

Cet ouvrage s’adresse à ceux qui en ont assez de la politique cantonnée au pouvoir et à la gestion des intérêts privés. C’est aussi un premier accès à l’oeuvre d’une femme beaucoup citée mais peu lue, hors des milieux universitaires. On y découvre, à travers ses oeuvres majeures, l’itinéraire d’une pensée politique d’une liberté et d’une audace sans pareil. Une bibliographie guide la lecture des ouvrages publiés en français et en anglais et des repères biographiques permettent de situer l’oeuvre dans la vie et l’époque d’ Hannah Arendt.

Réinventer la politique avec Hannah Arnedt. par Thierry Ternisien d'Ouville. 148 pages, 6 euros.
Préface d'Edwy Plenel.

Télécharger le dossier de presse.

Hors collection

Le Manifeste UTOPIA

Parution 2012

Avant-propos de Stéphane Hessel, Danielle Mitterrand, Taslima Nasreen, Adolfo Perez Esquivel et Aminata Traore. Postface d’André Gorz.

Oui, une autre manière d’imaginer et de faire de la politique est possible. Il existe d’autres perspectives que la résignation et la soumission au modèle actuel…

Le Mouvement Utopia est atypique et singulier dans le paysage des organisations citoyennes et politiques. A la fois coopérative politique, laboratoire d’idées, mouvement transpartis présent dans un spectre allant du PS aux Objecteurs de Croissance, maison d’édition, ONG….le Mouvement Utopia est pluriel et contribue à construire des ponts entre la société civile, les intellectuels et les acteurs politiques. Au cœur de cette coopérative politique se situe la réflexion collective qui nourrit et irrigue nos orientations et actions.

Fruit de plus de deux ans de travail collectif et démocratique, le Manifeste Utopia regroupe l’ensemble de nos réflexions et propositions.
Se situant au cœur de l’écologie politique et l’altermondialisme, en s’appuyant sur un nouvel idéal ambitieux, ce livre appelle à la construction d’un nouvel espace politique mondial selon cinq principes constituants assortis de propositions concrètes et fortes : l’environnement comme bien commun de l’humanité, l’accès universel aux biens et droits fondamentaux, la souveraineté alimentaire, la liberté de circulation et d’installation et le développement de nouveaux espaces de démocratie.

Ce Manifeste interroge également la question du progrès, de l’autonomie et aborde la complexe réflexion sur la transition écologique et sociale. Il redéfinit le périmètre, le fonctionnement et le financement des différentes sphères économiques, propose de nouveaux espaces de démocratie et la mise en place d’un passeport de citoyenneté universelle. Il se situe notamment dans la perspective des bouleversements qui résulteront de la crise énergétique et du dérèglement climatique.

Mais pour construire il faut préalablement déconstruire, c’est pourquoi la première partie de cet ouvrage est consacrée au combat contre l’idéologie dominante pour laquelle croissance matérielle, épanouissement par la consommation et centralité de la valeur travail seraient l’horizon indépassable. La crise actuelle, les réactions conservatrices des États et de la finance, les mesures d’austérité imposées aux populations et l’échec de la lutte contre le dérèglement climatique exigent reconquête des idées, résistances, ruptures et propositions concrètes.

Utopia revendique cette utopie qui considère que la réflexion alliée à l’imagination arrivera à fédérer un mouvement fort, solidaire, capable de proposer une véritable alternative au capitalisme en posant les fondements d’une nouvelle société.

Télécharger le dossier de presse

CAUSE ANIMALE, CAUSE PAYSANNE

DÉFAIRE LE IDÉES REÇUES, PROPOSITIONS ET PAROLES PAYSANNES

PAR LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE

Format 15X20, 208 pages, 12 euros,version numérique 7,99 euros

ISBN 9782919160365

Qu’entend-on par cause animale et cause paysanne? En quoi sont-elles liées? Quelles différences y a-t-il entre élevage paysan et productions animales industrielles? Quelles complémentarités entre végétal et animal? Quels effets sur la santé et l’environnement?

Ce livre a pour objectif d’apporter des éléments de réponse à ces questions qui sont légitimement au coeur de l’actualité concernant notre agriculture et notre alimentation.Il a vocation à faire réfléchir, à enrichir la réflexion là où certains voudraient simplifier le débat à outrance.

La Confédération paysanne dénonce à travers ce livre les impasses et les dangers que représentent d’un coté l’agriculture et l’élevage industriels et de l’autre l’abolition de tout élevage prônée par le véganisme.

Le recueil de paroles de celles et ceux qui font et vivent la nature et l’élevage au quotidien est indispensable. Car les systèmes vertueux de polyculture-élevage et de pastoralisme sont trop souvent réduits au silence médiatique alors que leurs rôles sont majeurs pour l’équilibre des écosystèmes de notre planète, y compris dans la lutte contre le changement climatique.

La Confédération paysanne défend l’agroécologie et la complémentarité végétal/animal. Cela entraînera plus d’éleveurs et d’éleveuses qu’aujourd’hui, mais induira de fait une baisse de la consommation de produits animaux et une alimentation plus diversifiée.

Tout au long de ce livre, nous retrouverons les positions et propositions concrètes de la Confédération paysanne sur ces questions liées aux relations entre les humains et les autres animaux, et plus largement avec le monde vivant.

L’auteur : La Confédération paysanne est un acteur majeur du syndicalisme agricole, porteur d’un véritable projet de société à travers l’agriculture paysanne. Elle défend des valeurs de solidarité et de partage en intègrant pleinement les dimensions sociales, agronomiques et environnementales dans la production agricole. Elle propose une alternative réaliste à un modèle d’agriculture industrielle destructeur de la nature et des paysans. Elle est membre fondateur du réseau international de la Via Campesina.'

Lire un extrait du livre

Critique sur le site de l’AJE (association des Journalistes de l’Environnement :

https://aje-environnement.org/publications

Critique La Cliothèque