Manifeste pour une santé commune

Trois santés en interdépendance : naturelle, sociale, humaine.

                Par François Collart Dutilleul, Olivier Hamant, Ioan Negrutiu, Fabrice Riem

L’accélération de la dégradation des écosystèmes et les pénuries actuelles des ressources justifient les prédictions scientifiques du rapport Meadows de 1972, suivies par celles du GIEC. Or la politique n’a pas pris en compte les évolutions de la connaissance scientifique et tend à suivre un modèle économique dépassé. Alors, comment faire pour bifurquer vers une trajectoire viable ?

Ce livre propose de fonder toute politique sur la santé commune, un facteur à la fois universalisable et intime, conçue comme la conjonction indivisible et interdépendante de trois santés:

- la santé des milieux naturels sur le temps long, 

- la santé sociale par la garantie d’un accès équitable aux ressources,  

- la santé humaine comme état de complet bien-être physique, mental et social.

La santé des milieux naturels façonne la santé sociale, qui elle-même façonne la santé humaine

Le Manifeste exposé dans cet ouvrage fait de la santé commune à la fois un objectif et une méthode. Il développe un outil opérationnel pour vérifier que tout projet valide bien les trois santés, mesure son impact en termes de ressources naturelles (eau, sol, biomasse) et teste sa robustesse face à des facteurs de crises.

C’est notre rapport à la nature qu’il faut transformer, parce qu’elle est le milieu dont nous faisons partie et qu’elle constitue notre environnement. La nature fragile et menacée rend l’humanité toujours plus vulnérable.

Il devient inévitable de remettre en question un système de marché qui suppose un accès à des ressources non limitées et la satisfaction de désirs non limitables. La santé commune crée les conditions politiques d’une économie mise au service d’un double impératif : la garantie des besoins vitaux de toutes les personnes et le respect des ressources de la nature.

François Collart Dutilleul, Olivier Hamant, Ioan Negrutiu et Fabrice Riem, les auteurs de ce Manifeste ,ont participé à la création (2012) et au développement de l’Institut Michel Serres à l’ENS de Lyon. Ils travaillent ensemble depuis dans une complémentarité alliant sciences de la nature et droit afin d’encadrer juridiquement l’économie des ressources naturelles à l’échelle de territoires politiquement organisés dans le cadre des programmes internationaux CELT (Centre Lascaux sur les Transitions) (http://institutmichelserres.ens-lyon.fr/; https://lascaux.hypotheses.org/).

Les commentaires sont fermés.