Capitalisme fossile

A PARAÎTRE Début mai  2019

Capitalisme fossile

De la farce des COP à l’ingénierie du climat

par Jean-Marc Sérékian

Format 12x20 cm, 264 pages, Prix 10 €, en format numérique 5,99€

Vingt-quatre ans de COP[1]… Depuis un quart de siècle, les négociations sur climat font quasiment du surplace tandis que les émissions de GES poursuivent leur ascension.

Fin 2018, la COP 24 s’est passée comme si le dernier rapport spécial du GIEC d’octobre de la même année n’avait pas existé. Pourtant l’urgence climatique y était réaffirmée et un agenda précis était proposé pour 2050. Les comptes rendus, les nombreux rapports, les déclarations et les promesses confirment à chaque fois que la conscience du désastre est bien collective et que tous les États sont parfaitement instruits des dégradations rapides des écosystèmes.

Pourtant, rien ne se passe. Les États se préoccupent-ils vraiment du dérèglement climatique ? Et quid de la France ? Où se situent les blocages face à l’urgence climatique ? Comment expliquer une si longue et si spectaculaire inefficacité de la communauté internationale face à une évidence chaque année plus criante ? La structure du capitalisme et sa mondialisation à l’ère des énergies fossiles fournissent-ils des éléments de réponse ?

Pour l’auteur de ce livre, le moment est venu de tirer au clair le jeu dangereux des États face aux questions environnementales ainsi que le rôle des COP et des Sommets de la Terre.

Les questions environnementales ont émergé très tôt et dès les sixties, une conscience écologique collective pouvait décrire la catastrophe prévisible. Depuis, les Sommets de la Terre et les COP se sont multipliés… mais, le constat est sans appel : ce que font les États se situe à l’opposé de leurs déclarations officielles. Malgré le tapage sur l’Accord de Paris, l’État français est loin d’être vertueux. Comment comprendre que les COP organisent l’inaction comme vient de le faire une fois de trop la COP 24 de Katowice, que les Sommets de la Terre ne purent jamais faire ralentir le rythme de la déforestation ou celui de l’effondrement de la biodiversité ? Les gouvernements sont-ils seulement coupables « d’inaction climatique »,  ou sont-ils condamnables pour pire que cela ?

Ce livre tranche ces questions comme un nœud gordien : il n’y a jamais eu de réelle volonté des États de prendre en compte ces questions, mais seulement des mises en scène et promesses officielles sans lendemain. Aujourd’hui, au seuil du précipice climatique, il faut nous intéresser aux causes politiques. Pour mieux orienter les actions encore possibles, cet essai, avec son éclairage historique du capitalisme fossile, explique à la fois la logique du désastre annoncé, la farce des COP, et aussi pourquoi les milieux d’affaires investissent dans la géo-ingénierie du climat.

L’auteur : Jean-Marc Sérékian est médecin à Tours. Il a commencé à s’intéresser aux questions d’énergie alors qu’il été administrateur à la LPO Touraine. Aujourd’hui il est rédacteur pour le site Carfree (la vie sans voiture) sur les questions d’énergie et de biodiversité. Il est l’auteur de : La Course aux Energies, Ed Libertaire, 2009 ; Pourquoi Fukushima après Hiroshima ? Ed. Le Sang de la Terre, 2012 ; Gaz de schiste le Choix du pire, Ed. Sang de la Terre, 2015

[1] Conference Of the Parties, soit les conférences internationales pour le climat.

Les commentaires sont fermés.